AFRIQUE FOOT

À l'écoute

Football Côte d'Ivoire Royaume-Uni Sports Portraits Afrique Foot

Publié le • Modifié le

Wilfried Zaha, un héros en Côte d’Ivoire mal aimé en Angleterre

media
L'Ivoirien Wilfried Zaha. Reuters/Carl Recine

Fraichement élu footballeur ivoirien de l’année 2018, Wilfried Zaha plait autant qu’il est une victime dans son pays d’adoption, le Royaume-Uni. L’ailier de Crystal Palace a ainsi encore été la cible d’insultes racistes et de menaces, après avoir provoqué un penalty pourtant valable.


« Nul n’est prophète en son pays », selon le proverbe. Mais tout dépend de quel pays on parle. Dans le cas du footballeur Wilfried Zaha, sa patrie de naissance, la Côte d’Ivoire, ne cesse de lui offrir des gages de reconnaissance. En témoigne, le titre de joueur ivoirien de l’année 2018 que vient de lui décerner le site sport-ivoire.ci. L’attaquant de 25 ans succède ainsi au palmarès à Serge Aurier.

Mais, à l’instar du défenseur, parfois décrié dans son pays d’adoption la France, Wilfried Zaha ne fait pas toujours l’unanimité au Royaume-Uni, où il est arrivé avec sa famille à l’âge de 4 ans.

La cible de campagnes racistes

Buteur, dribbleur, le pensionnaire de Crystal Palace (CPFC) provoque beaucoup les défenseurs. Il est ainsi le deuxième joueur de Premier League à avoir subi le plus de fautes depuis 2013, après le Belge Eden Hazard, assurait la BBC en septembre 2018.

Wilfried Zaha se retrouve ainsi souvent à terre. Trop, visiblement, au goût de certains spectateurs qui l’inondent d’insultes racistes et de menaces. Déjà attaqué en juillet 2017, le natif d’Abidjan a encore vécu une nouvelle campagne de dénigrement. Sa faute ? Avoir obtenu un penalty pourtant valable face à Arsenal, le 28 octobre 2018.

« Pour tous ceux qui vont trop loin en étant racistes et en lançant des menaces de mort contre ma famille, je vous souhaite, à vous et à votre famille, le meilleur, a tenté de réagir avec humour, l’intéressé. PS : ma vie est toujours au top malgré votre haine ».

Pourquoi tant de rage envers lui plutôt qu’envers un autre ? En laissant la sélection anglaise après deux matches disputés en 2012 et 2013, Wilfried Zaha est de fait devenu une cible privilégiée des attaques.

Un accueil grandiose en Côte d’Ivoire

Nombreux sont par ailleurs les spécialistes à penser qu’il aurait pu briller en équipe d’Angleterre, sur la durée. A commencer par Roy Hodgson, son actuel entraîneur à Crystal Palace et… sélectionneur des « Three Lions » entre 2012 et 2016. « Je dois dire que j'en suis en partie responsable [de son changement], avait déploré le technicien. Je crois qu'il a été séduit par la Côte d'Ivoire où on lui a dit qu'il ne jouerait pas beaucoup avec l'Angleterre et qu'il valait mieux jouer pour eux ».

Il est vrai que Wilfried Zaha a eu le droit, à l'inverse, à un accueil grandiose à Abidjan, en novembre 2017, pour son retour après vingt années d’absence. Venu honorer sa première cape avec les « Eléphants », le garçon formé au CPCF avait eu bien du mal à fendre la foule qui l’attendait à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny.

« Je suis parti sans être connu et je reviens en héros, même si je n’ai pas l’impression d’avoir réussi de grandes choses, s’était ému celui qui a brièvement joué pour Manchester United (2013) et Cardiff (2014). C’est pour ça que le maillot ivoirien est si important pour moi : les gens me donnent tout cet amour, croient en moi ».

Seuls les fans de Crystal Palace en ont autant à son service. En devenant le meilleur buteur de l’histoire du club en championnat, en août dernier, celui qui y dispute sa neuvième saison est définitivement entré dans le cœur des supporters des « Glaziers ».

Chronologie et chiffres clés