AFRIQUE FOOT

À l'écoute

Football Coupe du monde 2018 Sports

Publié le • Modifié le

Mondial 2018: cinq équipes qui jouent leur va-tout en éliminatoires

media
Le Malien Molla Wagué. AFP / Fadel Senna

Les équipes de Guinée, du Cameroun, du Gabon, du Mali et du Congo-Brazzaville doivent gagner leur match respectif, à l’occasion de la 4e journée des éliminatoires pour la Coupe du monde 2018 de football, si elles veulent garder une infime chance de se qualifier pour la phase finale du tournoi (14 juin au 15 juillet en Russie).


La victoire sinon rien. Voilà comment on pourrait résumer la situation de cinq des vingt équipes africaines encore en lice en éliminatoires de la Coupe du monde 2018 de football. Les sélections de Guinée, du Cameroun, du Gabon, du Mali et du Congo-Brazzaville conservent en effet une très mince chance de finir premières de leur groupe respectif et de se qualifier ainsi pour la phase finale du Mondial 2018 (14 juin au 15 juillet en Russie). A condition de s’imposer lors de la 4e journée, prévue ces 4 et 5 septembre 2017.

Groupe A : les Guinéens veulent rester à l’affût

Quatre jours après avoir battu les Libyens 3-2 à Conakry, les Guinéens disputent le match retour à Monastir, ce 4 septembre. Une nouvelle victoire face à l’équipe de Libye permettrait au « Sily National » de rester en concurrence avec les  équipes de Tunisie et de RD Congo, actuellement première et deuxième au classement du groupe A. « On voudra avoir les 3 points pour garder l’espoir de nous qualifier », a ainsi prévenu son sélectionneur Kanfory Lappé Bangoua.

D’autant que la sélection guinéenne accueillera son homologue tunisienne le 7 octobre (5e journée des éliminatoires), avant de défier les « Léopards » de RDC, début novembre (6e et dernière journée).

Groupe B : réaction d’orgueil de la part des Camerounais ?

Les Camerounais réussiront-ils à retarder la qualification de l’équipe du Nigeria pour la Coupe du monde 2018 ? Largement en tête du groupe B, les Nigérians auront en effet quasiment leur billet en poche pour la Russie s’ils gagnent à Yaoundé, ce 4 septembre.

La sélection camerounaise tentera avant tout de prendre sa revanche, quatre jours après avoir été balayée 4-0 à Uyo. « Nous n’avons plus de pression, a même assuré son sélectionneur Hugo Broos. Mais c’est une question d’honneur. […] J’espère que mes joueurs […] se battront de la première à la dernière minute pour battre le Nigeria ».

Les champions d’Afrique en titre garderaient alors un infime espoir de disputer une troisième phase finale de Mondial de suite. A condition de s’imposer également contre l’Algérie le 7 octobre, puis en Zambie début novembre.

Groupe C : des Gabonais et des Maliens traumatisés ?

Les Camerounais ne sont pas les seuls à avoir reçu une gifle durant la 3e journée des éliminatoires. Battus 3-0 à Libreville par les Ivoiriens, les Gabonais ont subi leur plus lourde défaite à domicile depuis vingt ans. Ecrasés 6-0 par les Marocains, les Maliens, eux, ont reçu leur plus grosse correction depuis 1997.

Mathématiquement, les « Panthères » et les « Aigles » conservent une chance de finir à la première place du groupe C, devant la Côte d’Ivoire et le Maroc. Mais l’équipe du Gabon y croira-t-elle en pénétrant sur la pelouse de Bouaké, le 5 septembre ?

La même question se pose au sujet de la sélection malienne, le même jour, à Bamako. « Est-ce que nous avons le potentiel suffisant pour faire face à une équipe du Maroc qui est évidemment dans un état de confiance extraordinaire ? », s’est ainsi interrogé le sélectionneur du Mali, Alain Giresse.

Groupe E : des Congolais sans pression face au Ghana

Les « Diables rouges » ont créé la surprise en décrochant le match nul 1-1 au Ghana, lors de la 3e journée. Avec 1 seul point pris en trois matches, les Congolais ont certes peu de chance de finir devant les Ougandais, les Egyptiens et même les Ghanéens. « Dans une grande compétition comme celle-là, où seul le premier est qualifié, je ne vois pas une équipe qui a perdu ses deux premiers matches finir en tête au classement », a estimé le sélectionneur du Congo, Sébastien Migné.

Raison de plus pour défier les « Black Stars » sans pression, ce 5 septembre à Kintélé. Avant, pourquoi pas, de jouer les trouble-fête le 8 octobre en Egypte puis début novembre en Ouganda. Sait-on jamais ?

Propos recueillis par Gaoussou Diaby, Ishiaka Adegboye, Mahamadou Kaloga et Jean Rufin Loemba


Coupe du monde 2018: calendrier, résultats et classements des éliminatoires

Lundi 4 septembre 2017 –

Cameroun-Nigeria, à Yaoundé à 17h TU [groupe B]
Libye-Guinée, à Monastir à 19h TU [groupe A]

Mardi 5 septembre 2017 –

Congo-Ghana, à Kintelé à 14h30 TU [groupe E]
Afrique du Sud-Cap-Vert, à Durban à 17h TU [groupe D]
RD Congo-Tunisie, à Kinshasa à 17h30 TU [groupe A]
Côte d’Ivoire-Gabon, à Bouaké à 17h30 TU [groupe C]
Burkina Faso-Sénégal, à Ouagadougou à 18h TU [groupe D]
Egypte-Ouganda, à Alexandrie à 18h TU [groupe E]
Mali-Maroc, à Bamako à 19h TU [groupe C]
Algérie-Zambie, à Blida à 19h30 TU [groupe B]